ATOLL Lecteur CD 100 MK 2

ATOLL Lecteur CD 100 MK 2

Origine : France
Bande passante : 5 Hz – 44 kHz
Rapport signal/bruit : > 101 dB
Distorsion : < 0,002%
Temps de montée : 2 µs
Conversion : 24 bits – 192 kHz

atoll cd 100 mk3

Depuis quelques années, ATOLL constructeur Français généraliste de produits haute fidélité fait une percée spectaculaire dans le monde du matériel audiophile, grâce notamment à des prix proposés qui défient réellement la concurrence. Cette constatation fait plaisir à voir, et cette performance est d’autant plus remarquable que l’intégralité des produits ATOLL est réalisée en France – en Normandie pour être précis.

Le lecteur CD 100 qui fait l’objet du présent commentaire a été remis à niveau, ainsi quelques points de détails techniques ont été revus afin d’offrir à l’audiophile exigeant une qualité de restitution encore meilleure, sans pour autant se ruiner.

Sur le plan esthétique, rien de bien nouveau ni d’original. La face avant du lecteur se veut conventionnelle et minimaliste : une trappe de chargement trapézoïdale, un afficheur de couleur verte de même forme mais inversée, ainsi 7 touches pour les fonctions de bases. Une télécommande offre d’autres possibilités de recherche et de programmation complémentaires. A noter que cette façade est entièrement en aluminium, mais que 2 coloris sont proposés : noire d’origine ou gris naturel en option.
La face arrière n’appelle pas plus de commentaires : 2 sorties analogiques sur fiches RCA asymétriques de bonne qualité plaquées or, 1 sortie numérique de même composition, et le connecteur IEC pour le secteur.

A l’intérieur le constructeur fait appel à une mécanique d’origine Philips de type CDM 12. Cette mécanique centrale a fait l’objet d’une optimisation assez poussée et se trouve montée sur une plate-forme anti-raisonnante. Le châssis est en tôle pliée de bonne épaisseur et contribue grâce à la façade en aluminium à garantir un minimum de vibrations. L’alimentation a été particulièrement dopée grâce à l’implantation d’un transformateur toroïdal de dimension importante de 170 VA, l’ensemble de cette alimentation revendique un total capacitif de 10 000 mico-farads. On sera surpris de constater que cette gigantesque alimentation est exclusivement dédiée aux étages de sortie analogiques; cela devrait plaider en faveur de la qualité musicale et notamment sur le plan de la dynamique et du registre grave. La section numérique utilise un convertisseur 24 bits 192 kHz d’origine Burr Brown ce qui n’est pas rien pour un appareil de ce prix
La carte analogique a été entièrement conçue et développée par ATOLL sur les bases d’un schéma symétrique qui fait appel à des composants discrets polarisés en classe A. Autrement dit, sur le plan du concept, rien n’a été laissé au hasard.

 

 

 

ECOUTE

Les tests d’écoute ont été effectués avec le matériel suivant : préamplificateur ATOLL PR 200 – Amplificateur AM 100, et alternativement une paire d’enceintes B & W série 700 bibliothèque et colonne. Les câbles sont des modèles YBA Glass.

Test N° 1 : Flamenco – tirée de la BO du film la  » La Folie des Grandeurs  » avec la voie de Yves Montand

Dès les premières secondes d’écoute, on est frappé par une foule de détails d’interprétations. La guitare Flamenco sonne de manière franche et juste, ultra précise – trop peut être même. Le CD 100 a un peu tendance à relever la bande passante au niveau du registre aigu. Néanmoins dans ce morceau, la voie d’Yves Montand se révèle pourtant humaine et suave, bien présente et facilement reconnaissable en tout cas.
Avec ce lecteur, et plus généralement avec ce système, il sera préférable d’utiliser des enceintes acoustiques plus  » soft  » au niveau du registre aigu, les petites BW 700 me sont apparues ici un peu criardes – en version colonne, la série 700 apparaîtra plus équilibrée – voire plus subtile. On appréciera la dynamique et la nervosité qui font preuve d’une grande générosité – le CD 100 déborde d’énergie, mais cette énergie reste contenue et n’est nullement envahissante. On assiste à beaucoup de nuances et la scène sonore est large, et d’une hauteur très acceptable.

Test N° 2 : TRADITION SYMPHONIQUE – Tri Yann et l’Orchestre National des Pays de Loire et Chœurs

Les chœurs : sans faire preuve d’une chaleur extraordinaire, les vocaux sont restitués avec justesse et force notamment au niveau des chœurs masculins de l’ensemble vocal de Nantes. Le côté humain est bien mis en valeur et ce lecteur fait preuve d’une bonne conviction dans ce domaine. On regrettera toutefois l’absence réelle de sonorité analogique de certains de ses concurrents.
L’orchestre : avec ce lecteur CD, on perçoit facilement la multitude de micro détails lesquels sont mis en valeur sans restriction. Tous les instruments d’arrière plan prennent ici leur place au sein de la masse orchestrale. Les percussions font preuve d’un dynamisme, d’une force et d’une teinte sonore très vraisemblables. Les contrebasses, sans descendre à niveau abyssales, sont restitués avec énergie et un sens du détail assez surprenant. La fluidité que l’on pouvait voir passer au deuxième rang a été néanmoins préservée et les violons sont restitués avec finesse, légèreté et même un certain sens du velouté. Les notes de musique s’enchaînent parfaitement avec beaucoup de nuances – aucun décrochement n’est à mettre au passif de ce lecteur.
La scène sonore est très cohérente : chaque musicien ou choriste est absolument à sa place. On aurait toutefois aimé une profondeur de scène un peu plus évidente ou plus prononcée, mais beaucoup d’autres lecteurs de prix identique n’arrivent pas à la cheville du CD 100.

Conclusion :

Le moins que l’on puisse dire est que le lecteur CD 100 d’ATOLL se singularise par sa grande ouverture et privilégie le sens du détail au risque parfois d’être un peu trop rigoureux sur ce point.
Avec un ensemble ATOLL complet, on veillera à choisir des enceintes acoustiques neutres ou à défaut des enceintes faisant un peu plus preuve  » d’humilité  » sur le registre aigu. Néanmoins, ce lecteur pourra se marier sans problèmes avec des électroniques à tubes de bon niveau, mais également des électroniques à transistors un peu poussives ou au registre aigu plus limité.
Dans ce dernier cas le CD 100 devrait réveiller des systèmes lymphatiques ou en manque de nervosité. Malgré tout très bien conçu, le CD 100 est un lecteur vivant et finalement attachant.

Cotations : Musicalité : une référence dans cette gamme de produit
Appréciation personnelle : bon
Rapport musicalité – prix : très bon

 

Prix : 960 € / 6297 FF (03/2005)

Test réalisé par Lionel Schmitt